Throwback Thursday #13

Publié le 14 Septembre 2017

Throwback Thursday #13

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est...

T'es pas mon genre, mais je t'ai quand même aimé

Throwback Thursday #13
Throwback Thursday #13

Le passeur de lumière, de Bernard Tirtiaux

"La lumière est diffuse", dit Rosal de Sainte-Croix au jeune Nivard de Chassepierre. "Elle est fugace, changeante, capricieuse. Elle a toutes les ruses. Jamais tu ne seras satisfait de ton ouvrage, si beau soit-il. Jamais tu n'auras assez de couleurs dans tes casiers pour donner vie à un vitrail comme tu le souhaites, jamais tu n'auras la certitude de colorer juste comme on chante juste. Qu'importe! Tes pas partent du feu et tu dois atteindre le feu, devenir un maître en ton art." Nivard ne déçut pas le chevalier qui attendait de lui la plus vertigineuse escalade jamais rêvée vers la lumière. Animé par une passion presque charnelle pour le verre et ses sortilèges, il récolte d'Orient en Occident les couleurs alchimiques de nos cathédrales. Il œuvre en Bavière, à Saint-Denis, au Mans, à Chartres... La quête déchirée de ce "passeur de lumière" sera alors celle d'un artisan sublime, funambule oscillant entre le ciel et l'ombre...

Throwback Thursday #13

Oui, enfin, quand je dis que ce n'est pas mon genre... On va dire que ce roman ne relève pas des littératures de l'imaginaire telles que celles que je chronique sur ce blog. Il s'agit plutôt d'un roman contemporain, avec une touche d'historique. J'aime beaucoup le côté historique, mais le contemporain, beaucoup moins...

Toujours est-il que ce roman m'a été conseillé par ma mère parce qu'il parle de la conception des vitraux au Moyen-âge, et que j'ai eu la subite envie de l'essayer malgré mon aversion initiale. Et je ne fus pas déçue! 

Outre le caractère historique très fouillé du roman, j'ai adoré le personnage et son histoire tumultueuse, j'ai adoré la romance contée par l'auteur, cette histoire d'un amour si fort et si dévastateur. Et puis il y a la lumière, qui prend une place considérable dans le récit. Ou plutôt l'ombre et la lumière, devrais-je dire, aussi complémentaires que la vie et la mort. Elle est utilisée tantôt de façon littérale, tantôt en métaphores. Mais alors quelles métaphores!

Bref, je me suis laissée séduire malgré mes a priori initiaux. Et quelque part, cela rend la lecture encore meilleure, parce que l'on se prend au jeu en se laissant surprendre par ses propres réactions. 

Throwback Thursday #13

Mon "En bref" de l'époque...

Il y aurait encore tellement de choses à dire sur ce roman... La complexité du personnage de Nivard, les rebondissements de l'histoire, les personnages tous aussi attachants les uns que les autres, le style féerique de l'auteur... Je suis presque comme la lumière, une source intarissable d'étincelles d'admiration pour cette oeuvre magistrale de Bernard Tirtiaux. Rien n'y est à jeter, on y apprécie chaque phrase, chaque mot comme on goûterait chaque goulée d'un excellent vin, s'émerveillant devant chaque note et chaque arôme, se laissant enivrer par la force délicate du breuvage. Il est de ces livres qui vous grandissent l'âme, celui-ci en fait partie.

Ma chronique...

Rédigé par Acherontia

Publié dans #Throwback Thursday

Commenter cet article

BettieRose 14/09/2017 12:48

Ma mère n'arrête pas de me dire de le lire, qu'il est merveilleux.
Bon, il m'attend chez elle, alors peut-être un jour !

Acherontia 14/09/2017 13:04

Il y a des passages magnifiques, et puis d'autres qui sont d'une infinie tristesse. Je crois, d'ailleurs, que c'est le seul roman qui ait réussi à me faire pleurer. C'est dire!