[Chronique] Troie 1, Le seigneur de l'arc d'argent, de David Gemmell

Publié le 24 Novembre 2016

La Guerre de Troie n'aura pas lieu... enfin, pas encore tout à fait!

Mais le premier tome de la saga Troie, lui, aura gagné mon coeur comme l'on gagne une bataille. Je me suis laissée séduire par ce récit mené tambour battant, me prenant d'amour pour nombre de personnages aux personnalités riches, complexes et attachantes. La plume de Gemmell, fluide, vibrante, précise, est venue me haper pour m'emmener aux confins de la Grande Verte, à la rencontre d'une époque et de civilisations qui m'étaient jusque là plutôt hermétiques.

Acherontia

Synopsis...

Trois individus vont changer la destinée de plusieurs nations.
Hélicon, le jeune prince de Dardanie, hanté par une enfance traumatisante; la prêtresse Andromaque, dont le caractère de feu et l'indépendance forcenée se dressent contre la volonté des rois; et le légendaire guerrier Argurios, emmuré dans la solitude, uniquement motivé par son besoin de vengeance.
A Troie, ils découvrent une cité déchirée par des rivalité impitoyable -un maelström de jalousie, de tromperie et de traîtrise meurtrières. En dehors des murs de la cité mythique, des ennemis assoiffés de sang convoitent ses richesses et conspirent à sa chute. C'est une époque de bravoure et de trahison. Une époque de bain de sang et de terreur.
Une époque pour les héros!

[Chronique] Troie 1, Le seigneur de l'arc d'argent, de David Gemmell
Logo Livraddict

La loi d'attraction universelle...

Ce roman est mon premier roman lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour octobre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce premier tome.

Pourquoi me suis-je lancée dans cette saga fantasy en particulier? Tout d'abord parce que j'ai longtemps entendu parler de David Gemmell et que, en tant que fan de fantasy, je trouvais inconcevable de n'avoir encore rien lu de cet auteur incontournable. Ensuite, parce que j'étais curieuse de voir ce qu'il pouvait ressortir d'une fiction s'inspirant de la guerre de Troie. Pourtant, au départ, j'étais dubitative. Je ne suis pas une fan incontestée de l'Antiquité grecque, et j'avais un peu peur de me lancer les yeux fermés dans une longue saga qui ne me plairait peut-être pas. J'ai malgré tout prit le risque, parce que c'est du David Gemmell, et parce que parfois, il faut pouvoir élargir son esprit à la nouveauté...

 

Une question de mise en place...

Assez curieusement, il m'a fallu à peine 70 pages pour dire de rentrer tout à fait dans l'histoire, et pourtant ces 70 pages m'ont semblé durer assez longtemps. Les premiers chapitres m'ont un peu déroutée dans le sens où ils présentent des personnages qui n'apparaissent ensuite plus une seule fois dans l'histoire, comme la petite Phia et sa maman, ou Spyros le rameur. Certes, ils sont là pour introduire d'autres personnages plus importants, tels Hélicon ou Gershom. Mais sur le moment, je ne savais pas trop à quels personnages je devais m'attacher et lesquels seraient ensuite laissés de côté.

Pourtant, le style d'écriture m'a plu d'emblée. Très fluide et très riche, la plume de Gemmell se fait tantôt fine, tantôt violente. Mais toujours, elle parvient à décrire à merveille l'ambiance des îles grecques à l'Antiquité. J'ai été bluffée par la force de ses descriptions, semées de ci de là parmi les dialogues et les scènes d'action. À bord du Xanthos, je sentais les embruns, le sel et la brise marine. Dans les rues des villes, je sentais les herbes aromatiques, le miel des pâtisseries, mais aussi l'odeur de la garrigue cuite par le soleil d'été, celle de la terre des habitations, celle des tissus et de l'hygiène rudimentaire des citadins. Je sentais les remugles sous-jacents du bétail, de l'industrie des métaux, des abattoirs, des teintureries.

J'ai aussi très vite eu le sentiment que l'auteur s'était énormément documenté sur l'époque, ses moeurs et coutumes, ses croyances, ses techniques, ses métiers, sa vie quotidienne. J'ai été très impressionnée par la clarté et la précision de certaines scènes, subtilement agrémentées de détails auxquels je n'aurais, en tant que lectrice, jamais pensé.

Tout cela contribue à rendre l'univers décrit réel, presque tangible, et en cela, j'ai trouvé l'écriture de Gemmell tout à fait remarquable.

Immobiles et silencieux, les douze hommes vêtus de longs manteaux de laine noire se tenaient à l'entrée de la caverne. Le vent d'automne était anormalement froid, mais ils ne se réchauffaient pas les mains en soufflant dessus. Les rayons de la lune scintillaient sur leurs plastrons de bronze et leurs casques à la crête blanche, sur leurs protections de poignets et leurs jambières en métal repoussé, ainsi que sur les pommeaux des épées courtes qu'ils portaient à la ceinture. Malgré tout ce métal froid sur leur corps, ils ne frissonnaient pas.
La nuit devint plus froide, et, vers minuit, la pluie se mit à tomber. De la grêle crépita contre leurs armures, mais les hommes ne bougèrent pas.

Troie Tome 1, de David Gemmell

Un petit topo des différents camps en présence...

Une des grandes difficultés, lorsque l'on entame cette trilogie, c'est de se familiariser avec les différents personnages et les camps, amis ou ennemis, auxquels ils appartiennent. Les personnages sont nombreux, mais tous attachants à leur manière (pour ceux qui sont amis, en tout cas, parce que je ne peux pas dire que le premier camp que je vais présenter soit sympathique...)

Le camp des mycéniens...

Agamemnon ne répondit pas. Hélicon était un parent de Priam, le roi de Troie. Agamemnon avait un traité d'alliance avec Troie, et avec la plupart des royaumes marchands de la côte est. Malgré ces traités, il finançait des raids de pirates sur des galères mycéniennes, pour piller les villes de ses alliés et s'emparer des vaisseaux marchands et de leurs cargaisons - du cuivre, de l'étain, du plomb, de l'albâtre ou de l'or. Les galères pirates lui payaient toutes une dîme sur leur butin. Cela lui permettait d'équiper ses armées et de faire des faveurs à ses généraux et à ses soldats. Officiellement, il était contre les pirates, passibles de la mort pour leurs offenses, et il ne pouvait donc pas déclarer Hélicon ennemi de Mycènes. Troie était un royaume riche et puissant, et le commerce avec cette cité rapportait d'énormes bénéfices, payés en cuivre et en étain, nécessaires à la fabrication des armures de bronze.
La guerre contre les Troyens se dessinait, mais il n'était pas encore prêt à se faire un ennemi de leur roi.

Troie Tome 1, de David Gemmell

Dans cette trilogie, les Mycéniens sont les grands méchants de l'histoire. Dirigés par le roi Agamemnon, aussi sec que malveillant, ils sont les ennemis de Troie et chercheront, tout au long du récit, à s'emparer de cette dernière. Pour ce faire, tous les moyens sont bons, surtout ceux qui usent de la traîtrise et de la manipulation. Agamemnon est un homme fourbe et sans aucun sens moral, et ses troupes se comportent bien sûr à son image.

Pourtant, comme dans notre monde, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Certains Mycéniens se révèleront être des hommes de valeurs, tels Argurios. Je ne vous dirai pas ce qu'il fait pour prouver sa valeur, car ce serait vous spoiler, ce qui serait franchement dommage. Mais sachez tout de même qu'Argurios est un de mes personnages favoris de ce premier tome, et que vous commencerez à comprendre pourquoi vers la seconde moitié du roman... Pour les petits curieux, j'en parle dans mon tout premier Throwback Thursday accessible via le lien suivant :

Hélicon et l'équipage du Xanthos...

Toute la matinée, Hélicon resta sur le haut pont arrière, en vue de l'équipage affairé. L'ambiance était tendue, car les marins craignaient tous de naviguer sur le Vaisseau de la Mort. Sa présence les calma, et ils travaillèrent avec plus de facilité. Il savait ce qu'ils pensaient. Le Bienheureux, béni des dieux, voguerait avec eux. Rien de mauvais ne pourrait leur arriver.
Il était vital qu'ils conservent cette foi en lui. Hélicon savait que le plus grand danger était qu'il se mette à y croire lui-même. Les hommes parlaient de sa chance, et soulignaient qu'aucun de ses vaisseaux n'avait jamais fait naufrage. La chance y était sans doute pour quelque chose, mais à chaque fin de saison commerciale, ses vaisseaux étaient vérifiés par des charpentiers, tirés sur la plage, débarrassés de leurs bernaches et réparés si nécessaire. Les équipages étaient triés sur le volet, et les capitaines étaient toujours des hommes de grande expérience. Aucune de ses cinquante galères n'avait jamais pris la mer trop chargée, ou couru des risques inutiles pour faire un peu plus de profit.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Hélicon, aussi appelé Énée, est pour moi un des grands héros de cette histoire. Fils d'Anchise, un roi qui le considère comme un bon à rien, c'était un enfant craintif et éteint, jusqu'à sa rencontre avec Ulysse. Ce dernier le poussera dans ses derniers retranchements afin de lui permettre de dépasser ses peurs. Par la suite, Ulysse l'emmènera sur son navire, le Pénélope, et le prendra sous son aile, faisant de lui un homme et un héros par la même occasion.

J'adore ce personnage également, car il a fait de ses peurs et de ses blessures une force. Il prend sa revanche sur la vie d'une belle manière, avec honneur et courage. Il prend sa revanche de façon personnelle sur les mycéniens, aussi, et quelle revanche! Sanglante et fumante à souhait... Mais on préfère fermer les yeux sur la violence qui se déchaîne en lui pour y arriver, préférant ne garder à l'esprit que ses bons côtés. De plus, il a, d'après les descriptions, un physique plus qu'attrayant, ce qui ne gâche rien... Mais désolée de vous l'apprendre, les filles, le colosse tombera profondément amoureux d'Andromaque, promise à son meilleur ami Hector.

À bord de son navire, le Xanthos, il est appelé le Bienheureux en raison de sa chance incroyable sur la mer et lors des combats. D'autres personnages importants gravitent autour de lui, tels Gershom, Oniacus ou encore Attalus.

Ulysse et l'équipage du Pénélope...

Non, les dieux, dans leur sagesse infinie, avaient décidé qu'Ulysse serait laid. Ils avaient dû longuement réfléchir à la question, se dit le marin, parce qu'ils avaient accompli leur tâche avec brio. Il avait les bras trop longs, les mains noueuses et les jambes aussi arquées que celles d'un cavalier thessalien. Même ses dents étaient de travers. Et Pénélope lui avait fait remarquer, en riant, qu'il avait une oreille plus grande que l'autre. Pourtant, un des dieux avait sans doute eu pitié de lui. Pour compenser sa laideur, il lui avait accordé le don de savoir raconter des histoires extraordinaires. Il était capable de tisser des récits d'une complexité époustouflante, et il détectait les réactions de son auditoire aussi bien, sinon mieux, que les mouvements subtils des vents. Partout où il accostait, des foules se rassemblaient autour de lui, et attendaient patiemment qu'il daigne se lancer dans un de ses récits fabuleux. Parfois, il disait qu'il était fatigué, ou bien qu'ils connaissaient désormais toutes ses histoires. Après s'être fait prier et supplier un certain temps, il soupirait, et la représentation commençait.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

De tous les personnages, c'est Ulysse qui m'a le plus surprise. J'avais de lui une image toute faite en tête, celle que les récits antiques nous renvoient. Mais Gemmell a su s'approprier les mythes et les légendes de la Grèce antique afin de tisser son propre univers, ses propres personnages.

Ainsi, Ulysse est-il devenu laid. C'est assez comique, parce que suite à la description retranscrite en citation, je le voyais à l'image de Willy, le vieux jardinier écossais dans Les Simpsons. Allez savoir pourquoi...

Mais cette laideur est largement compensée par les talents de conteurs d'Ulysse. Ainsi, l'auteur détourne toute une série de légendes originales tournant autour d'Ulysse, et les transpose à sa sauce. Ulysse les raconte comme des histoires qui lui seraient arrivées, affabulant autour de petites anecdotes de son quotidien de marin. On le voit particulièrement bien dans le second tome de la saga, aussi reviendrai-je sur ce point dans ma prochaine chronique.

Ulysse est également un marin hors pair, un grand guerrier et un excellent tacticien à ses heures. Son amour sans faille pour sa femme Pénélope est touchant et contribue à faire de lui un autre de mes personnages de prédilection.

Le roi Priam et celles/ceux qui gravitent autour de lui...

Priam se souciait fort peu des cinquante enfants qu'il avait faits à ses trois femmes et à ses trente concubines. Ceux qu'il favorisait avaient intérêt à lui prouver leur valeur. Il vendait ses filles à des princes étrangers en échange d'alliances, et ses fils travaillaient dans ses trésoreries, dans la prêtrise ou dans l'armée. De tous ses enfants, il montrait ce qu'on pouvait appeler de l'affection pour deux seulement : Créüse et Hector. Sa fille connaissait les secrets permettant d'amasser des richesses. Et son fils était un combattant redoutable. Tous deux étaient des atouts dans son jeu, voilà tout.
Le vieil homme semblait même amusé par l'idée que nombre de ses enfants complotaient sa mort. Ses espions lui rapportaient le moindre de leurs mouvements. Puis, au moment où ils s'apprêtaient à passer à l'action, Priam les faisait arrêter. Au cours des trois dernières années, il avait fait exécuter cinq de ses fils.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Priam, en revanche, fait partie de ces personnages que j'ai secrètement envie de baffer encore et encore, et qui ont pourtant un rôle important à jouer dans l'histoire. C'est un homme infâme sur toute la ligne. Très beau et très porté sur le sexe, il n'a de cesse de tromper sa femme mourante à tout va, parfois par la séduction, souvent par la force. Des fils naissant de ces unions, il n'en a cure, prenant plaisir à les humilier à chaque rencontre, à les rabaisser le plus bas possible.

Et pourtant, Priam sera un personnage important de l'histoire. Non seulement il est roi de Troie et combat les Mycéniens, mais il est aussi le père d'Hector, le plus grand des héros troyens, le beau-père d'Andromaque dont je parlerai plus loin, et est parent avec Hélicon. Rien que ça...

Hector, quant à lui, est presque absent de l'histoire. Parti en mission à l'autre bout du monde, on ne le voit qu'en filigrane, et ce jusqu'aux tous derniers chapitres du roman. Ses exploits à la guerre et sa faculté à rester en vie même dans les situations les plus désespérées font de lui un demi-dieux vivant aux yeux du peuple de Troie. Il est donc un symbole de la puissance troyenne. Si Hector tombe, c'est toute la ville de Troie qui perd confiance en sa faculté à se défendre. Pourtant, les habitants de la ville sont bien loin de s'imaginer qu'Hector possède un point faible. Un tout petit détail, mais qui a son importance en ce qui concerne la lignée des rois de Troie.

Andromaque est la promise d'Hector. Ancienne prêtresse du Minotaure sur l'île de Théra, elle est démise de ses fonctions et amenée contre son gré à Troie afin d'épouser le grand héros local. Mais Andromaque ne l'entend pas de cette oreille. Elle ne craint rien, surtout pas les hommes avec leurs machinations et leur surplus de testostérone. Aussi effrontée qu'intelligente, elle prendra de force sa place au sein de la cour de Priam et aura son mot à dire dans bon nombre de situations délicates. En tant qu'archère hors paire, elle n'hésitera pas à partir au combat, en démontrant son courage et son habileté dans l'art de la guerre.

Pour moi, Andromaque représente l'héroïne parfaite. Belle, rebelle, courageuse, valeureuse, intelligente, elle est aussi indispensable à l'histoire de Troie que la lune est nécessaire au soleil.

De belles histoires d'amours impossibles...

En marchant vers le port, Hélicon pensait à Andromaque. Il sentait encore la chaleur de son corps pressé contre le sien dans leur étreinte, et le parfum remémoré de sa chevelure le remplissait de nostalgie.
Il aurait maintenant préféré avoir quitté Troie plus tôt, et ne pas être allé rendre visite à Hécube agonisante.
Il jeta un coup d’œil au ciel, aux nuages bas à l'ouest, et se demande s'il avait offensé Aphrodite, la déesse de l'Amour. Il lui avait peut-être offert moins d'offrandes qu'aux autres divinités. L'ironie de la situation ne lui échappait pas. Il s'était refusé à prendre femme sans amour et à présent qu'il avait rencontré l'élue de son cœur, l'incarnation de tous ses rêves, elle était promise à un autre... Pis, elle devait épouser son ami le plus proche.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Plusieurs histoires d'amour s'entremêlent dans ce premier tome. Des amours impossibles, des amours qui finissent mal, des amours heureux parfois...

Je vous ai parlé de l'amour impossible entre Hélicon et Andromaque, qui sera bien problématique pour la suite de l'histoire, puisqu'Andromaque doit épouser Hector, le meilleur ami d'Hélicon. Mais il y a, au coeur de ce récit, d'autres histoires, dont une que j'ai trouvé très belle, très poétique... et qui pourtant finit affreusement mal, m'arrachant quelques larmes au passage (et chez moi, c'est chose rare).

L'escalade de la violence...

Hélicon mit son heaume en bronze et courut rejoindre ses meilleurs combattants sur le pont central. Puis, grimpant par-dessus le bastingage, il cria : "Pour Zidantas!" et sauta sur le pont de la galère mycénienne, en dessous de celui du Xanthos. L'équipage ennemi, armé d'épées, de haches et de massues, se porta à la rencontre des attaquants. Hélicon frappa du plat de sa lame le premier, flanqua le deuxième sur le pont d'un coup d'épaule, puis bondit et enfonça son épée dans la poitrine du troisième. Un quatrième marin visa sa tête, mais une énorme massue l'envoya bouler. C'était celle de Zidantas, dans les mains de Gershom.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Bien sûr, qui dit Troie, dit guerre. Dans ce premier tome, on suit toute cette escalade de violence qui mènera finalement à la guerre ouverte. Cela commence toujours sur un petit évènement, qui aurait pu passer pour anodin s'il n'y avait toujours un besoin de vengeance derrière. Ainsi, pour venger la mort d'Alectruon le pirate mycénien, tué par Hélicon, Agamemnon va s'arranger pour faire assassiner le bras droit d'Hélicon, Zidantas. Hélicon voudra se venger à son tour en incendiant une flotte mycénienne, et ainsi de suite. Une fois que le doigt est mis dans l'engrenage, il n'y a plus de limite à la violence et à la recherche de vengeance. Tout va crescendo, jusqu'au grand final, une bataille à mort, sanglante et rapide, où les deux camps ennemis semblent n'avoir aucun autre échappatoire que la mort.

Force est de constater que, bien souvent, cela se passe ainsi dans notre monde. Après tout, de nombreux récits de Fantasy ne sont qu'un reflet de notre réalité, une façon de mettre le doigt où ça fait mal tout en jouant sur les allégories.

Mais ne nous y trompons pas, ce roman est plus un récit d'action qu'une fable morale sur la barbarie de l'Homme. Les scènes de combat sont époustouflantes de réalisme, et elles ne tirent pas en longueur. Moi qui, d'habitude, ne raffole pas des scènes d'actions, j'ai trouvé que celles-ci se laissent lire sans modération. Elles confèrent au récit un rythme haletant, un suspens presque insoutenable. La bataille finale est particulièrement grandiose, et m'a tenue en haleine jusqu'à... 4h du matin! Hé oui, alors que je devais aller travailler le lendemain matin! Merci, monsieur Gemmell, franchement...

En résumé...

La Guerre de Troie n'aura pas lieu... enfin, pas encore tout à fait!

Mais le premier tome de la saga Troie, lui, aura gagné mon coeur comme l'on gagne une bataille. Je me suis laissée séduire par ce récit mené tambour battant, me prenant d'amour pour nombre de personnages aux personnalités riches, complexes et attachantes. La plume de Gemmell, fluide, vibrante, précise, est venue me haper pour m'emmener aux confins de la Grande Verte, à la rencontre d'une époque et de civilisations qui m'étaient jusque là plutôt hermétiques. Je suis restée prisonnière de l'histoire, captive des yeux d'Hélicon et de la chevelure rousse d'Andromaque, jusqu'à ne plus pouvoir m'en détacher. Et de fait, j'ai lu le dernier tiers du roman d'une traite...

Notons aussi que cette réédition Milady est particulièrement jolie et soignée. La couverture est soyeuse et agréable à tenir, la police d'écriture est juste nickel, le poids du roman acceptable, et les illustrations sympas. Que demande le peuple?

Cette saga sera décidément un de mes grands coups de coeur de cette année...

Ma note : 20/20... Eh oui, rien que ça!!

Les autres tomes de la série...

 

À très bientôt pour de nouvelles aventures livresques!

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

Commenter cet article

totorosworld 26/01/2017 23:50

bon, il faut vraiment que je l'achète x)

Acherontia 27/01/2017 11:19

Oh oui, la série en vaut vraiment la peine ^^

cassie 27/12/2016 20:20

Oh mon Dieu comme tu as su bien rendre tout la superbe de ce livre ;)

Acherontia 28/12/2016 20:07

Merci, c'est gentil ^^ J'aurais tellement voulu en dire plus, mais ça aurait spoilé celles et ceux qui ne connaissent pas encore la saga... Il y a tellement de bonnes choses dans ce livre, c'était vraiment dur de tenir ma langue!

Mina Snow 27/12/2016 19:09

waou cela est de la belle chronique qui donne envie. :-) .
j'adore ton style

Acherontia 28/12/2016 20:05

Merci, ça me fait très plaisir de voir que j'arrive à te donner l'envier de le lire! C'est un peu le but, mais c'est encore mieux de voir qu'il est atteint ^^